Feeds:
Entradas
Comentarios

Archive for 26/06/12

El analista Carlos Fazio publicó ayer en el diario mexicano La Jornada un artículo en el que denuncia  la implicación del ex jefe de la diplomacia norteamericana en Cuba, James Cason, organizaciones contrarrevolucionarias asentadas en Miami, como la Fundación Nacional Cubano Americana y el Directorio Democrático Cubano, y financistas de la guerra sucia contra  la isla como la USAID, la NED, Freedom House y el IRI en la conspiración que derrocó al presidente  Fernando Lugo en Paraguay.

Esto es lo que dice Fazio al respecto:

En la operítica restauración de la patria financiera por la stronista oligarquía latifundista, los poderes fácticos y la trasnacional Monsanto –que tiene como eje económico un larvado proceso de descampesinización–, jugaron un papel clave los embajadores de Estados Unidos en Asunción, James Cason y Liliana Ayalde. Antiguo jefe de la sección de intereses de Washington en La Habana, Cuba, el conspirador Cason fue el encargado de alimentar los ánimos subversivos del vicepresidente Federico Franco, el ex general golpista Lino Oviedo y el ex presidente Nicanor Duarte Frutos. Su sucesora en el cargo, Liliana Ayalde, completó la tarea. La matanza de Curuguaty, que sirvió de excusa para derrocar a Lugo, tuvo como protagonista al Grupo Especial de Operaciones (GEO), de la Policía Nacional, cuyos miembros de elite fueron entrenados para la lucha contrainsurgente por el Comando Sur en el contexto del Plan Colombia. El ex presidente Álvaro Uribe facilitó, además, la “capacitación” de los servicios de inteligencia del Paraguay con instructores del temible DAS, la policía política colombiana, cuyos mandos están hoy encarcelados. Según indicios, la muerte en una emboscada del jefe del GEO, comisario Erven Lovera, y de otros cinco agentes, en Curuguaty, que llevó al asesinato de 11 campesinos, sería parte de un sabotaje interno de cuadros de inteligencia de la Policía Nacional, penetrada y controlada por Estados Unidos.

La conformación de un frente anti-Alba y anti Mercosur por Estados Unidos, tiene como bastiones y plataformas injerencistas subregionales a Colombia y nuestro país. Bajo los gobiernos conservadores de Vicente Fox y Felipe Calderón, Washington convirtió a México en una plataforma de la derecha regional para sus acciones subversivas y desestabilizadoras contra Cuba y Venezuela. Mediante la Usaid y su telaraña imperial –integrada entre otras por organizaciones de fachada como el Instituto Republicano Internacional, la Fundación Nacional para la Democracia (NED), la Freedom House y el Instituto Democrático Nacional–, la diplomacia de guerra estadunidense está canalizando millones de dólares para acciones subversivas contra países amigos, que llegan a México con la permisibilidad y sin la supervisión de las autoridades nacionales.

A finales del año pasado se celebraron sendas actividades anticubanas en el hotel Meliá Reforma del Distrito Federal: la presentación de un libro de Gabriel Salvia, de la ONG argentina Centro para el Desarrollo y la Apertura de América Latina (Cadal), financiada por la NED, y el foro “Cambios en el proceso cubano”, ambos con participación de organizaciones de la extrema derecha de Miami, como la Fundación Nacional Cubano Americana, el Directorio Democrático Cubano (DDC) y la menos conocida O-JEC, y con el copatrocinio financiero de las fundaciones alemanas Konrad Adenauer y Friedrich Naumann. Previo a la visita del papa Benedicto XVI a la isla, el DDC, organización financiada por la CIA, logró reclutar en México jóvenes turistas que regaron volantes en La Habana induciendo acciones de desobediencia civil y fueron expulsados por las autoridades cubanas.

Leer el artículo completo en La Jornada

Read Full Post »

 

 

 Sr Vincent Peillon :
Una ves más las calumnias y mentiras contra Cuba están a la orden del día en la sociedad francesa.
En esta ocasión corresponde el turno al sector que ud dirige, el cual escogió como tema para la prueba del idioma español del bachillerato, el cuento, “El Muchacho de Camaguey”, del escritor español Luisgé Martín, después de haberle dedicado todo un capitulo en el curso escolar académico francés a Cuba, desechando el caudal de valiosìsimos escritores cubanos reconocidos a nivel universal, los que le aportarían verdaderos conocimientos de la cultura y la realidad de la Isla.
Considerando esta nefasta selección por parte de la academia de rectores e inspectores de la educción francesa como una sutil agresión a la realidad sociocultural de nuestro país, la cual a pesar de las dificultades económicas agravadas  por la crisis que hoy vive el mundo y el brutal bloqueo económico mantenido por el gobierno de los Estados Unidos durante más de cincuenta años, no se ha cerrado una escuelas en Cuba.
 El nivel cultural y de escolarización de los ciudadanos cubanos esta considerado como uno de los mejores del mundo, avalado por la UNESCO.
Como cubanos residentes en Francia, orgullosos de las conquistas de nuestra Revolución, condenamos esta vil manipulación contra nuestro país y exigimos que el Ministerio de Educación formador de las nuevas generaciones sea fiel a la verdad.
Con Cuba en el corazón y en el pensamiento.
Firmamos la presente:
Cristóbal Danilo Campos Aveillé

Virgilio Ponce

Vilma Suarez

Miembros de la Coordinadora de Cubanos Residentes en Francia

Read Full Post »

LETTRE OUVERTE A BERNARD DE LA VILLARDIERE

 

See full size image

Dans votre magazine “enquêtes exclusives” diffusée le 17 juin dernier, vous commencez votre reportage par dire :”un bout d’Union Soviétique plongé dans les tropiques…”
A partir de là, on s’attend à tout. Et effectivement, tout ce qu’il faut s’avoir sur Cuba n’est absolument pas abordé dans ce documentaire.

Vous continuez : “la vie quotidienne des Cubains n’a pas changé depuis l’arrivée de Fidel Castro…”
Vous vous trompez Monsieur : avant 1959, il y avait 30 % d’analphabètes alors qu’aujourd’hui Cuba est une puissance culturelle avec un niveau d’éducation supérieure à celui de la France !

Vous niez sciemment l’existence d’un blocus qui impose des sanctions économiques américaines contre Cuba depuis maintenant 50 ans, sanctions qui ont de lourdes conséquences sur le peuple cubain, et vous le savez très bien.

Monsieur de la Villardière, vous vous devez, en tant que journaliste, de décrypter toute l’information ; or, votre documentaire est totalement faussé par votre manque d’objectivité. Vous occultez volontairement une réalité qui est méconnue par un grand nombre de Français.

Votre anticommunisme primaire fait de vous un journaliste de pacotille. Que intérêt y avez-vous ?

Ce magazine est sensé ouvrir les fenêtres sur le monde, vous n’ouvrez que les fenêtres qui vous intéressent. Ouvrez-les toutes et vous verrez que la résistance existe aussi chez les jeunes Cubains, fiers de leur révolution et en proie toujours à un avenir plus humain.

Lydia MOLINA

Read Full Post »

Depuis diverses agences gouvernementales comme l’USAID ou la NED  – pour n’en citer que deux – on s’occupe de « blanchir » et de redistribuer ces financements pour les faire arriver aux « opposants », en les utilisant comme paravents de leurs politiques.

ONG, organisations internationales et Bureaux diplomatiques d’autres pays sont une partie de ce réseau de déstabilisation. Toutes s’occupent de redistribuer des millions destinés à financer et à soutenir ces mercenaires cubains, dans l’espoir de provoquer une fracture interne.

Dans ce sale jeu, les médias des États-Unis et d’une grande partie du monde tiennent un rôle fondamental. Ils amènent leurs lecteurs à avoir un comportement offensif avec des mots, des phrases et des faits tendancieux, manipulés ou surdimensionnés par rapport à la réalité de Cuba.

A la suite, un récit détaillé – pour citer un seul exemple – des fonds que destine la fondation Nationale pour la Démocratie (NED, pour son signe en anglais) à la subversion interne à Cuba, pris sur le blog http://www.alongthemalecon.blogspot.com.es.

C’est un relevé des destinataires, des quantités réparties et des fins auxquelles sont destinés ces fonds.

Afro-Cuban Alliance, $ 110 000
Pour continuer  la publication de la revue « Islas » (« Iles ») qui prétend informer les Cubains d’ascendance africaine dans l’île et en « exil » sur les  droits civiques,  l’histoire cachée de la discrimination raciale à Cuba, l’expérience des mouvements de droits civiques, et les outils pour organiser et réussir un changement de régime.

Association Encuentro de la Cultura Cubana, $ 91 000
Pour promouvoir une culture de la « démocratie », le dialogue et le « journalisme indépendant ». Encuentro  publie sa revue et renforce la communauté cubaine sur le web.

Center for a Free Cuba, $ 55 000 (Centre pour une Cuba Libre)
Pour apporter une assistance humanitaire aux prisonniers politiques, à leurs familles, aux activistes des droits de l’homme (Dames en blanc), aux jeunes activistes, aux avocats, professeurs, artistes et victimes de la « répression » à Cuba. En plus de l’assistance humanitaire, le Centre procure aux activistes « indépendants » le soutien d’un important matériel qui leur permet de mener à bien leur travail de manière plus efficace.

Centro para la Apertura y el Desarrollo de America Latina, $ 60 000
Pour impliquer les leaders de la société civile, les gouvernements et les fonctionnaires publics d’Amérique Latine dans le soutien à la démocratie à Cuba et pour promouvoir et consolider un réseau d’organisations de la société civile en Amérique Latine en faveur de la « démocratie » à Cuba.

Clovek V Tisni, o.p.s. (People in Need) (PIN), $ 103 87
Pour augmenter le libre flux d’informations à Cuba et sur Cuba, pour améliorer les possibilités des journalistes cubains « indépendants », pour faire des échanges avec les Cubains de « à pied » et contribuer à la création de la société civile indépendante et des médias à Cuba. PIN forme aussi les « journalistes indépendants » aux nouvelles techniques et à l’utilisation des technologies.

Committee for Free Trade Unionism (CFTU), 90 000
Encourage la coopération interrégionale entre les syndicats d’Amérique Latine, d’Europe et le CFTU. Continuera à développer une campagne internationale pour apporter du soutien aux syndicats « indépendants » à Cuba.

Cuban Democratic Directorate (Directorio), $ 175 000
Offre une formation aux nouveaux membres du mouvement de jeunes « pour la démocratie ». Le Directorio aide les jeunes activistes à développer  des outils pour communiquer plus efficacement entre eux et avec la communauté internationale, et  à créer des liens entre le mouvement de jeunes et les activistes traditionnels « pro-démocratie ». Le Directorio continuera à produire des programmes de radio pour Cuba.

Cuba Net News Inc., $ 239,434
Pour apporter des informations, des conseils et une assistance technique et humanitaire aux « journalistes indépendants » à Cuba. Pour renforcer la presse indépendante et la présentation d’informations sur la situation à Cuba, aussi bien pour le public cubain qu’international. Cuba Net va produire le contenu des médias « indépendants » sur la situation à Cuba et mettra sur pied une campagne de solidarité internationale pour augmenter le soutien et la prise de conscience au sujet de la situation que subissent les « journalistes indépendants » à Cuba.

Disidente Universal de Puerto Rico, $ 50 000
Fournit des sources d’information « indépendantes » à Cuba. Disidente publie son résumé mensuel de nouvelles, « Disidente Universal », qui contient des articles et des éditoriaux d’activistes à Cuba, de dissidents exilés et des organisations internationales d’information. Disidente envoit des copies de ses publications à Cuba et sur la politique des autres organisations et centres de recherche dans toute l’Amérique Latine, Etats-Unis et Europe.

Evangelical Christian Humanitarian Outreach for Cuba (ECHOcuba), $ 60 064
Pour soutenir les leaders de la communauté des femmes dans quatre provinces du centre et de l’est de Cuba. ECHOcuba apporte à un groupe sélectionné de femmes dirigeantes, une formation pour coordonner un réseau national dédié à la réforme « démocratique » et au développement dans leurs communautés.  A la fin du programme, ECHOcuba aidera les leaders du réseau à organiser une réunion entre tous les participants au projet.

Grupo Internacional Para La Responsabilidad Social Corporativa en Cuba ( GIRSCC), $ 200 000
Pour promouvoir les droits du travail et défendre le mouvement syndical indépendant à Cuba. GIRSCC fournit aux activistes syndicaux « indépendants » à Cuba  une assistance technique et financière. Il s’appuie aussi sur son conseil d’administration international pour mener à bien une campagne de diffusion d’informations dans le monde entier sur la situation des droits du travail à Cuba.

Instituto Politico para la Libertad del Perù (IPL), $ 49 967
Donne à des jeunes, à Cuba, une formation pour utiliser internet et les moyens de communication des réseaux sociaux. IPL se rendra à Cuba pour contacter  des jeunes et leur apporter une formation concernant les droits démocratiques, l’accès aux outils d’information et les normes internationales de liberté d’expression.

Internacional Republican Institute (IRI), $ 325 000
Soutiend la participation citoyenne cubaine au moyen de l’augmentation des opportunités pour les personnes et pour organiser et réunir des soutiens pour d’importants sujets locaux et le renforcement de la capacité de la société civile pour répondre aux priorités les plus importantes qui préoccupent les citoyens cubains.

National Democratic Institute for International Affairs, (NDI), $ 325 000
Augmente la capacité des organisations cubaines « indépendantes » de la société civile à travers le développement de formations et d’ateliers de formation d’instructeurs et de voyages d’échange de connaissances dans l’île. Le NDI fait aussi connaître et soutient les activistes cubains « démocratiques » et les détenus qui utilisent les nouvelles technologies, et apporte une assistance pour le développement d’une organisation non gouvernementale avec un siège en Europe pour augmenter sa capacité à exécuter des projets en soutien à la société civile cubaine.

People in Peril Association CVO (PIPA), $ 40 000
Encourage la pensée critique et le libre échange d’idées entre la jeunesse à Cuba, pour  augmenter la connaissance sur le fonctionnement des sociétés ouvertes et démocratiques et le libre marché, et renforcer les capacités d’enseignement des éducateurs cubains « indépendants ». PIPA met en place des ateliers de formation pour les éducateurs « indépendants », aide à créer des clubs de débats pour les jeunes, et organisera une présentation sur les « transitions démocratiques » en Europe Centrale et Orientale.
Total : $ 2 449 340

Maintenant, il faut parler des termes et du langage utilisé par les médias et les politiques hostiles contre la Révolution Cubaine. Il faut préciser les substantifs adéquats pour décrire les « opposants » au « régime des Castro », comme aiment dire les médias du patronat international, quand ils parlent de Cuba. « Le groupe dissident le plus illustre de Cuba, les Dames en Blanc, a dénoncé les mauvais traitements subis par certains de ses membres  aux mains  des partisans du Gouvernement ».

Quand on parle des partisans du Gouvernement, on se réfère – bien sûr – à l’immense majorité du peuple cubain qui soutient et défend les principes et les transformations de la Révolution.

Evidemment, Cuba n’est pas un pays à la pensée monolithique. De l’intérieur, on vit un processus de débat permanent autour de ce que doit être notre nation dans les années à venir.

Les processus de changement économiques et sociaux qui se sont développés pendant les derniers mois à Cuba, sont le résultat d’un processus de consultation populaire. Cette relation démocratique garantit une relation permanente entre l’état et le peuple.

Les manifestations de ces « opposants » ont été protégées par les autorités cubaines. Mais le peuple cubain a aussi le droit et le devoir de défendre dans les rues, la Constitution et le modèle politique qu’il a légitimement ratifié. Par le suffrage universel, par le droit de vote.

Le peuple cubain a aussi le droit, le droit et le devoir de se défendre contre l’interventionnisme du gouvernement des Etats-Unis et de ceux qui se plient à sa volonté en violant les lois internationales applicables dans tous les pays du monde.

Ces mêmes médias ignorent très clairement les questions essentielles de la politique du gouvernement des Etats-Unis en relation avec ces « opposants » cubains.

Ils n’informent pas – par exemple – de la présence de fonctionnaires du Bureau des Intérêts des Etats-Unis à La Havane et d’autres nations européennes qui contrôlent et supervisent les manifestations de ces « dissidents » en territoire cubain. Ou des multiples réunions et contacts de hauts fonctionnaires du  Bureau des Intérêts des Etats-Unis à La Havane (SINA) pour leur donner des ordres sur la manière de troubler l’ordre constitutionnel. Y compris des approvisionnements en matériel prouvés  qu’ils fournissent à leurs mercenaires pour faire le travail de contre-révolution.

Il faut, bien sûr, poser la question de rigueur à monsieur Bernard de la Villardière : Dissidents ou Mercenaires ?

Read Full Post »

A %d blogueros les gusta esto: